Parlons de la data, la donnée. Cette masse d’informations que nous produisons chaque jour et qui représente un vrai défi de traitement et d’analyse plein de promesses pour mieux comprendre nos comportements et in fine nos résultats. Si on cherche tant à analyser toute cette donnée c’est parce que grand nombre de décisions sont prises au regard de la data. On parle de pilotage par les chiffres, tableaux de bord, d’indicateurs de performance, KPI et de business intelligence ou informatique décisionnelle.
C’est parfois plus d’un million de données à traiter dans un CRM. Un océan de données dans lequel nous sommes souvent noyés et où il est difficile de déterminer des actions à mener pour améliorer les résultats. C’est à cette problématique que répond la data visualisation.

 

Qu’est ce que la datavisualisation et à quoi sert-elle ?

 

La datavisualisation ou dataviz pour les experts, s’intéresse à la représentation visuelle des données via un ensemble de techniques, de logiciels et de méthodes. Elle permet d’appréhender plus simplement un ensemble de données souvent très abstraites et très difficilement exploitables sous leur forme brute. Elle se structure le plus souvent par un ensemble de graphiques, camemberts, diagrammes, chronologies, infographies…

 

Écran de Vizard, outil de datavisualisation de Infruid Labs

Les entreprises produisent une masse importante de données au quotidien. Des données qui le plus souvent sortent de façon inintelligible (ex : tableaux Excel, PowerPoint, extraction…). En effet, les données sont une chose, leur exploitation une autre.

 

« Si la définition des indicateurs s’avère un élément important à prendre en compte, le problème principal réside dans le traitement des données récoltées. […] Ainsi, près de la moitié des utilisateurs des outils de gestion de la relation client interrogés début 2011 par le Club Vente-Marketing se déclarent insatisfaits de la mise en œuvre du reporting et du suivi des opportunités. »
lenouveleconomiste.fr

 

C’est là tout l’enjeu de la datavisualisation. Rendre visible, l’invisible.
Mais ce n’est pas si simple à mettre en place dans le CRM. Cela se complique dès qu’une entreprise possède plusieurs outils traitant différentes données qui ne sont parfois pas toutes intégrées dans la solution CRM. Il faut sans cesse recroiser les données pour avoir un résultat parlant. La datavisualisation dans le CRM n’a-t-elle pas alors atteint ses limites ?

 

La business intelligence, l’évolution du reporting d’entreprise

La BI ou business intelligence est un marché en pleine expansion ! Selon le rapport établi par Dresner Advisory Services pour la septième année consécutive, le nombre d’entreprises qui utilisent des solutions du Cloud et de la BI a presque doublé en 2 ans, passant de 25% en 2016 à 49% en 2018. Au vu de la croissance grandissante du volume de données d’entreprise, la business intelligence se pose comme un nouvel axe névralgique décisionnel. Plusieurs logiciels dont PowerBI, Tableau Software et Qlik Sense ont vu le jour afin de modéliser « facilement » des tableaux de bord interactifs décisionnels.

Power BI, application de business intelligence par Microsoft

 

Le principe de la BI est simple : permettre un enrichissement des données de l’entreprise par les données externes, les rendre accessible à tous, pour tous et de manière interactive afin de personnaliser les graphiques en fonction de ses intérêts.
Et techniquement parlant ce n’est pas plus compliqué. En amont un entrepôt de données est construit afin de rassembler l’ensemble des données métiers de l’entreprise. Ensuite le logiciel de BI récupère les sources de données pour que l’utilisateur les exploite à sa guise en les croisant avec différentes sources. Les utilisateurs métiers peuvent désormais effectuer un certain nombre d’analyses et générer des rapports sans avoir besoin de l’équipe informatique. On parle effectivement de Self-service BI, la BI en libre-service.

La business intelligence devient naturellement la meilleure réponse pour pallier les limites de la datavisualisation dans le CRM. Là où le CRM permet d’obtenir des tableaux de bords de suivi visuels, la BI exploite les données et permet aux utilisateurs de prendre des décisions. Dans les mois et les années à venir, les efforts qui seront faits sur la BI porteront notamment sur la qualité des données, les analyses prédictives et l’automatisation des données.

Cet article vous a plu ? Vous le trouvez utile ? N’hésitez pas à nous le faire savoir en nous laissant un commentaire !

Poster un Commentaire

avatar